abonnement.jpg

Franchises

Le plus gros détaillant alimentaire au Canada, Loblaw, a provoqué le 15 octobre dernier des arrêts de travail un peu partout au pays dans le but de sabrer les salaires de ses employés les plus expérimentés.

 

Les plus longs conflits de travail perdurent depuis des périodes allant jusqu'à 14 mois dans trois de ses magasins dans le nord-ouest du Québec.

Lors de cette journée, des travailleuses et travailleurs en lock-out et en grève aux magasins Loblaws et Maxi de Rouyn-Noranda et au Provigo de Témiscaming déplaçaient leurs luttes à Toronto afin de souligner le refus de Les Compagnies Loblaw ltée de négocier en bonne foi.


« Loblaw nous envoie des négociateurs de Toronto sans mandat de négocier, a dit Sylvain Nolet, un conseiller syndical de la Confédération des syndicats nationaux (CSN), avec laquelle les trois syndicats sont affiliés. Les employés et les clients des magasins Loblaw dans notre région ont payé le prix pendant plusieurs mois et, aujourd'hui, on déplace la bataille aux portes de la compagnie. »

Des membres des trois syndicats ont tenu une série d'activités à Toronto, en commençant au magasin Loblaws du 60, rue Carlton, à 9 h 30. Une autre manifestation a suivi au Loblaws du 3501, rue Yonge, à North York. Une dernière action s'est tenue devant le siège social de Loblaw au 1, President's Choice Circle, à Brampton, à 12 h 15.

réalisation et hébergement par tegara.ca